Nuit Debout: Les Ombres de la Révolution

Encore une fois, le mouvement Occupy renaît de ses cendres sur la place d’une capitale européenne: Paris.

Les origines de ce mouvement social sont encore de génération de nombreuses controverses. Il semble que en janvier 2016, certains collectifs d’ idéologie de extreme droite, et qui gardé étrange liens avec l’ mouvement Occupy de la ville de Annecy, appelé à un “mobilisation générale” contre le système actuel:

Cependant, il ya des indications qui montre que divers journalistes savait à l’ avance, que se préparaient une “révolution des indignés” en France. Comme le raconte Eugénie Bastié dans cet article publié dans le quotidien Le Figaro: “Nuit Debout: genèse d’Un pas de Mouvement si spontané“:

“Si on observe de plus près ce compte Twitter, on s’aperçoit que les premiers comptes suivis sont celui d’Edwy Plenel, patron de Médiapart et de Pierre Jacquemain, ex-conseiller de Myriam el-Khomri qui a claqué la porte du ministère suite à la loi Travail. D’autres associations militantes de l’ultra-gauche, habituées à ce genre de manifestations, mettent leur expérience au service du mouvement. Ainsi, la demande d’occupation de la place de la République a été déposée par l’organisation altermondialiste ATTAC, tandis que la sono a été prêtée tantôt par l’association Droit au logement, tantôt par le syndicat Sud-solidaires.”

 

Edwy Plenel et Mediapart

Cet article garantit que Edwy Plenel, le fondateur de Mediapart, connaissait bien ce qui a été sur le point de se produire dans la rue. Semble indiquer ce, l’ activité de Edwy dans les réseaux sociaux:

10

Voir l’ article de Mediapart ici

Également la présence d’ Edwy Plenel est evident dans leur participation au cours de la dabate public qui a inauguré la “Nuit des Débats”:

09

 

La personne qui a utilisé d’abord le hashtag #NuitDebout  était le photographe et cinéaste Raymond Meacherel:

Il est le co-réalisateur du film “Comme des Lions” … Curieusement, ce film a été projeté récemment au cours de la “Nuit Debout”:

55

 

Semble qu’il est également très actif dans les blogs de Mediapart:

https://blogs.mediapart.fr/raymond-macherel/blog

Mais peut- être nous devrions approche à la ligne éditoriale que Mediapart gardait au cours de ces dernières années. Puis, nous allons observer plusieurs incroyable faits.

Par exemple, ce média considéré comme “anti stablishment” publié un article en octobre 2015, où la promotion de la dernière livre écrit par le chef de OTPOR!, le mouvement révolutionnaire de la Serbie. Avant de transcrire l’interview, tels article décrit en termes élogieux le but du livre écrit par Serdja Popovic:

11

“Popovic est souvent présenté comme l’inspirateur des « révolutions de couleur » dans les anciens satellites soviétiques, qui se référaient en effet parfois à Otpor !. Mais aussi comme « l’architecte secret » des révolutions arabes pour avoir organisé des ateliers, quelques mois avant la révolution du 25 janvier, avec des activistes égyptiens du mouvement du 6-Avril, en pointe dans la lutte anti-Moubarak, et notamment Mohamed Adel, aujourd’hui emprisonné.

Au-delà de l’exagération, et même s’il reconnaît que « chaque endroit du monde est différent et que le mouvement non violent du pays A ne peut pas faire l’objet d’un simple copier-coller pour le pays B », Srdja Popovic propose de s’intéresser à la question, complexe mais stimulante, de savoir à quelles conditions, jusqu’à quel point et comment un mouvement révolutionnaire peut être organisé et diffusé.

(…)

Le fondateur d’Otpor ! ne propose pas un traité théorique de haute volée – ses références principales sont les Monty Python et Le Seigneur des anneaux, et à force de se vouloir léger, le ton n’est pas toujours convaincant –, mais il offre un répertoire d’exemples infini, de succès comme d’échecs. On passe ainsi de la riche expérience serbe d’Otpor ! aux mini-enceintes diffusant les hymnes de la résistance anti-Assad dissimulées dans des tas de fumier et des poubelles rances pour contraindre les sbires du régime à patauger dans des lieux pestilentiels ; ou bien de manifestations de jouets en Russie pour détourner l’interdiction de protester, jusqu’aux méthodes des Chiliens qui, pour éviter de se faire directement enlever et tuer par la police politique de Pinochet, ont conduit et marché au ralenti pendant des mois, en guise de subtile protestation contre le régime. Entretien.

Télécharger l’article complet en PDF ici

Peut- être Edwy Plenel ne sait pas que OTPOR! est liée à la CIA? Ce ne semble pas susceptibles… Il est également intéressant la position de Mediapart sur le coup d’ Etat fasciste en Ukraine. Dans beaucoup de ses articles nous pouvons mettre en garde certain degré de sympathie envers les militants de l’ Euromaidan.

13

Maïdan.

«Dans mes travaux, je m’intéresse principalement à la valeur de l’être humain. Lorsque je touche à un sujet politique, je fais très attention à faire en sorte qu’on ne puisse pas manipuler son interprétation », affirme Sergii Radkevych. En réponse aux assassinats de Maïdan – des snipers avaient tiré sur la foule le 20 février 2014, tuant 75 manifestants sur la place de l’Indépendance à Kiev (lire ici dans Mediapart) – l’artiste a peint une série d’icônes mortuaires aux corps en forme de cible et de cercueil. Il raconte : « J’ai commencé la série R.I.P après les trois premiers meurtres de manifestants pendant la révolution. C’était tellement douloureux que j’ai voulu jeter mes sentiments sur le mur. Maïdan, c’était une communion de la société : je n’avais jamais vu dans mon pays autant de gens qui s’entraidaient. Les temps étaient difficiles mais on essayait tous d’agir pour défendre nos idées. Cette période a eu une influence très importante sur ma peinture. Après la révolution, j’ai essayé de connecter mon expérience de l’art sacré avec la situation de mon pays. C’est essentiel de réagir avec la réalité que l’on vit aujourd’hui, en étant le plus honnête possible. » Quelle est la situation artistique aujourd’hui en Ukraine ? « Nous avons un gros problème avec le département de la culture et des institutions. Mais on a surtout pu voir une très forte activité de la scène artistique qui a aussi beaucoup progressé : cette année, plusieurs artistes ukrainiens ont créé de puissants travaux politiques et sociaux. Les problèmes que nous traversons nous offrent de meilleurs thèmes et de meilleures raisons de créer. La situation est mauvaise actuellement. Nous affrontons les mêmes problèmes au niveau du gouvernement : corruption, vol d’argent. Mais je crois en l’arrivée de jours meilleurs. »”

Télécharger l’article complet en PDF ici

Aussi surprenant est l’entrevue avec Mustafa Nayyem, le journaliste et militant de l’Euromaïdan, où il est décrit comme indépendant et modéré.

12

Ici, nous pouvons voir une visite que le «modéré» Mustafa Nayem fait à ses admirées compatriotes  dans ” Bataillon d´Azov”. Ils sont célèbres pour ne pas cacher leurs tendances néo-nazis (Voir le lien original ici).

img_3588_novyi_razmer_141093572835

74e4d816ddbb9829b6c3b2564aac860d

Télécharger l’article complet en PDF ici

Encore une fois un entretien avec un ecrivain de langue russe qui avoue fièrement d’être en faveur d ‘«Révolution Orange» et l’ Euromaïdan … et qui condamne la sécession de la Crimée.

14

“Son premier roman publié, Le Pingouin, est un best-steller, et avec lui, Andreï Kourkov imposait déjà son style, un mélange de réalisme et d’absurde pour peindre avec humour une société post-soviétique en transition. Il y racontait l’histoire d’un journaliste embauché pour écrire avant l’heure les nécrologies de personnes qui disparaissent ensuite mystérieusement, accompagné dans ses pérégrinations par un pingouin récupéré au zoo de Kiev.

Depuis, l’œuvre de Kourkov est traduite en 36 langues et l’homme est devenu l’écrivain russophone actuellement le plus connu à l’étranger. Dans Le Dernier Amour du président, il dressait un tableau du monde politique ukrainien corrompu et, avec un certaine prémonition, annonçait la révolution orange… Dans son dernier ouvrage traduit en français, Le Jardinier d’Otchakov, il met en scène un jeune Ukrainien qui, au travers d’un costume de milicien, se retrouve transporté, dès qu’il l’endosse, en 1957 dans cette petite ville située en bordure de la mer noire, Otchakov, une ville côtière située non loin de la Crimée… Entretien avec un écrivain qui a pris part aux rassemblements du Maïdan et qui conserve, malgré ses inquiétudes, un profond optimisme face aux évolutions de son pays.”

(…)

Au début de l’occupation russe en Crimée, vous disiez : « Aujourd’hui, sain de corps et d’esprit, je déclare solennellement que je n’ai pas besoin que l’on me protège et j’exige le retrait immédiat des forces russes du territoire de l’Ukraine »… Avez-vous toujours des amis en Russie ?

Je dois avouer que ces quatre derniers mois, aucun média russe ne m’a demandé une interview, bizarrement ! (rires) Mais vous savez, je ne suis pas le seul à penser ainsi : à Kiev, 80 % de la population parle russe, et 35-40 % d’entre eux sont des Russes ethniques qui pensent la même chose que moi… À Dnepropetrovsk et Kharkov, c’est la même chose : certes, il y a des pro-Russes qui ont toujours considéré la langue ukrainienne et l’identité ukrainienne comme quelque chose de seconde zone, mais c’est une minorité. En Russie, j’ai encore quelques amis : j’ai reçu beaucoup de soutien d’écrivains comme Vladimir Sorokine, Boris Akounine, Lioudmila Oulitskaïa, Tetiana Chtcherbina et d’autres… Mais sur ma page Facebook, j’ai aussi reçu beaucoup d’insultes, provenant de pages anonymes à vrai dire. J’avais déjà expérimenté cela en 2004, après avoir participé à la révolution orange : une femme de l’administration Poutine avait alors déclaré que j’étais un nationaliste ukrainien de langue russe !…”

Télécharger l’article complet en PDF ici

Mais le plus surprenant de tous est la sympathie avec Mediapart accueille la lutte de Vasyl Cherapin: il veut convaincre les militants espagnols qu’ils ont l’obligation de soutenir les militants du euromaïdan, bien qu’il y ait beaucoup de nazis et veulent se joindre à l’Union européenne.

15

“Depuis son arrivée à Madrid jeudi, Vasyl Cherepanyn explique à Mediapart qu’il passe son temps à déconstruire les « préjugés » de ses amis et activistes européens, sur la mobilisation qui a provoqué le départ de Viktor Ianoukovitch du pouvoir. « Ici, des gens m’ont dit : mais pourquoi vous battez-vous pour rentrer dans l’UE ? L’UE ne vaut pas le coup, etc. Mais ce n’est pas la question ! Ceux qui disent cela n’ont rien compris, et je les invite à venir voir en Ukraine de quoi l’on parle. Il n’y a que les eurocrates bruxellois pour penser que l’on se bat pour intégrer cette Europe-là. Nous nous battons pour des libertés fondamentales, pour cette Europe des droits fondamentaux. C’est une histoire du demos – le peuple –, contre les oligarques. »

Cherepanyn, par ailleurs enseignant à l’université de Kiev-Mohyla, poursuit : « Nous avions un parlement qui n’était pas un vrai parlement. Nous avions une justice qui n’était pas une vraie justice. Tout n’était que simulacre et artifice. Nous nous sommes servis de l’idée européenne, pour réclamer la démocratie. C’est une certaine idée de l’Europe que l’on défend, qui va bien au-delà de ce que portent certaines institutions européennes… »

Originaire d’Ukraine occidentale, Cherepanyn dirige également un centre culturel, qu’il décrit comme « une plateforme réunissant, depuis 2008, des artistes, des universitaires et des activistes », et qui s’est fortement impliqué, comme beaucoup d’autres structures, dans l’« EuroMaidan » depuis novembre. Il reconnaît se sentir souvent en décalage avec les débats qui se sont tenus à Madrid, sur les techniques de résistance à l’austérité, ou le rôle de la culture face à la crise : « Les activistes ici ne parlent que de néolibéralisme et de capitalisme financier. Mais l’ennemi peut être différent : je voudrais que l’on parle aussi de néo-féodalisme ou de capitalisme sauvage… »

Surtout, Cherepanyn insiste pour « démonter la propagande du Kremlin, et les dégâts qu’elle fait pour comprendre ce qui se joue en Ukraine ». Sur l’importance – relative à ses yeux – des milices d’extrême droite à Maidan. Ou encore sur la division entre « deux Ukraines, l’une pro-européenne et l’autre pro-russe » : « Cela n’existe pas, ou plutôt c’est beaucoup plus compliqué. Si Viktor Iouchtchenko n’a pas réussi, en son temps (le leader pro-européen de la “révolution orange” de 2004, sèchement battu lors de l’élection présidentielle de 2010, ndlr), c’est parce qu’il a trahi les attentes sociales des citoyens. Le problème de l’Ukraine, ce n’est pas l’UE, ce n’est pas la Russie. Ce sont des citoyens qui se battent contre des oligarques. Quoi qu’en dise la propagande russe, qui a tout intérêt à une escalade dans la région, en imposant son agenda. »

Alors que Moscou intervient militairement en Ukraine, cet activiste de Maidan espère tout de même un sursaut des Européens. « Les gouvernements nous ont exprimé pendant des mois leur “profonde inquiétude”… Cela ne leur coûte rien, et ils doivent maintenant passer à l’action. Et il faut que les citoyens européens eux-mêmes fassent pression sur leur gouvernement », se met-il à espérer, pariant sur des mobilisations sur l’Ukraine dans l’UE.”

(…)

“Cette excitante lecture de la crise ukrainienne n’est pas pour déplaire à Vasyl Cherepanyn, qui rappelle au passage les origines turque et arabe du mot de « Maidan » (« la place »). « En tant qu’activiste à Kiev, j’essaie d’inscrire le mouvement de Maidan dans un contexte international de mouvements sociaux. Notre répertoire emprunte tout à la fois aux révolutions arabes – le rejet du pouvoir en place –, aux indignés espagnols – la lutte contre la corruption – ou encore au mouvement Occupy aux États-Unis – sur la manière dont nous avons occupé la place. Les modèles circulent », veut-il croire. Il y aurait donc, sur ce point, moins d’incompréhension qu’il n’y paraît : l’avenir de l’Europe se joue dans sa perméabilité au dehors.”

Télécharger l’article complet en PDF ici

Eh bien, il semble que Edwy Plenel, l’ami du indignés français, n’a pas encore appris que Otpor travaille pour la CIA, et que le euromaïdan était une «révolution» fabriqué par les Etats-Unis avec l’aide des paramilitaires fascistes …

ATTAC et ses relations avec les pouvoirs globalistes

A propos de ATTAC, vous devez savoir plusieurs choses:

1. L’une des principales exigences de ATTAC est l’imposition de la «taxe Tobin» qui n’a pas vocation extirper la spéculation, mais obligeant les spéculateurs à payer une taxe … Inutile de dire qu’une telle initiative a le soutien des spéculateurs comme George Soros.

2. Entre les pilotes d’Attac, nous trouvons “Le Monde Diplomatique” qui ont leurs participations dans le groupe de médias espagnol communication “PRISA” (avec 15%) et le groupe Lagardère (17%). .. et en 2003, le même gouvernement français financé Attac.

3. Attac, les amis de l’Humanité, et Amis du Monde Diplomatique, a parrainé le Forum Social Mondial, qui depuis le début, en 2001, avait le soutien financier de la Fondation Ford (À son tour lié à la CIA).

4. Susan George, membre et président du conseil d’administration de l’Institut Transnational (qui est financé par, entre autres, l’Open Society Institute de George Soros), est président d’honneur d’ATTAC.

Tout cela indique que ATTAC est un exemple flagrant de “Contrôle de la dissidence”.

Comme nous l’avons expliqué, ATTAC a été l’un des principaux moteurs du Forum Social Mondial. Cet extrait d’un article écrit par Michel Chossudovsky explique très bien comment ces militants d’événements internationaux travaillant pour les intérêts impérialistes. Voici comment ils ont abordé la question de l’intervention impérialiste dans les pays d’Afrique du Nord:

“Alors que le «printemps arabe» a été mis en avant comme un point de repère révolutionnaire, les États-Unis et l´OTAN parrainés insurrections armées en Libye (2011) et la Syrie (2011-2013), Ils y ont été considérés comme faisant partie du «printemps arabe»:

 “Maintenant, nous sommes à un carrefour où les forces rétrogrades et conservateurs veulent arrêter les processus lancés il y a deux ans avec les [Printemps arabe] soulèvements dans la région Maghreb-Machrek qui ont contribué à faire baisser les dictatures et de contester le système néolibéral imposé sur la peuples. Ces soulèvements se sont propagées à tous les continents du monde inspirent indignation et de l’occupation des lieux publics.

Les soulèvements dans le «Mashreq» et «Maghreb» mentionnée dans la Déclaration finale essentiellement trait à la Syrie, l’Egypte, la Libye et la Tunisie. Le texte de la déclaration est vague. Il ne prend pas une position à l’égard de l’intervention des États-Unis et l’OTAN en Libye et en Syrie.

Qu’est-ce que le document du Forum Mondial Social laisse entendre (par défaut) est que «l’opposition syrienne», qui est parrainée par les Etats-Unis, est “aussi” un mouvement pro démocratie de base authentiques, comparable à celle de l’Egypte. De même, le Al-Qaïda affilié Libyenne Groupe Islamique Combattant (GICL) qui a conduit le «printemps arabe» contre le gouvernement de Mouammar Kadhafi est également considéré comme une force révolutionnaire. Il convient de noter que la Libye sous Kadhafi était le seul pays en Afrique qui a rejeté l’agenda économique néolibéral mis en œuvre sous la gouvernail du FMI.

Plusieurs ateliers sur la Libye tacitement applaudi l’intervention militaire occidentale. Une session intitulée «La transition de la Libye vers la démocratie” axée sur “si la Libye était mieux sans Mouammar Kadhafi.” Plusieurs ONG «progressistes» et «médias alternatifs» qui avait soutenu les bombardements humanitaires de l’OTAN contre la Libye étaient présents à Tunis. Aucune déclaration quant à la nature criminelle de la campagne de bombardement humanitaire de l’OTAN contre la Libye a été faite par le Forum Mondial Social.”

logo

De toute évidence, en quelque sorte doit se matérialiser les généreuses subventions de la Fondation Ford… Au fait, ATTAC a également été clé dans la formation initiale du mouvement 15-M en Espagne.

contraattacando

 

Le réseau des ONG dans la “Nuit Debout”

 

Internet nous donne l’occasion de découvrir qui a créé un domaine sur Internet via la page “who.is“. Il suffit de saisir l’URL du site officiel de la “Nuit Debout” et … Voici le résultat!

nic-hdl:     R11347-FRNIC
type:        ORGANIZATION
contact:     RAIZ
address:     RAIZ
address:     bis rue de la Réunion 22
address:     75020 Paris
country:     FR
phone:       +33 6 99 82 88 80
e-mail:      baki@raiz.fr
registrar:   1&1 Internet SE
changed:     07/01/2016  nic@nic.fr
anonymous:   NO
obsoleted:   NO
source:      FRNIC

La Page Domaine Big Data nous aide à découvrir l’identité de la personne derrière toute adresse e-mail. Ceci est son verdict sur baki@raiz.fr

Une recherche rapide sur Google révèle que Bakir est le créateur du site web dédié à faire des demandes en ligne “wesign.it

Fondateur et Directeur des campagnes : Baki Youssoufou

La plateforme est pilotée par Baki Youssoufou. Militant associatif, ancien Président de la Confédération étudiante (2008-2012), et ancien élu au Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. Baki est titulaire de Masters en Banque/Market risks et Economie sociale et solidaire.

Mail : baki@wesign.it

Tel : +33 6 99 82 88 80

54

Baki Youssoufou dit de son compte Twitter qu’il fait partie de la “Ligue des cyber-activistes africains pour la démocratie” (Africtivistes):

_20160417_230353

Si nous entrons dans la page “Africtivistes” (http://www.africtivistes.org/) nous voyons qu’ils sont financés par OSIWA (Open Society Initiative pour l’Afrique de l’Ouest) et le réseau de blogueurs Global Voices (qui, à son tour, est financé par l’Open Society Institute de George Soros).

55

Ici, nous pouvons lire une interview qui effectue European Alternatives à Bakir, qui le décrivent comme un activiste comme les autres:

“Baki Youssoufou est fondateur de wesign.it, une plateforme de mobilisation en ligne, et participant au mouvement #nuitdebout (http://www.nuitdebout.fr/fr) qui a démarré la semaine dernière en France.  Il partage son expérience en tant que participant, en son propre nom.”

En Février 2012, il y avait une réunion de 66 militants et associations d’étudiants à Bruxelles. Parmi ces associations, il est celui qui semble se démarquer au dessus du reste: l’Open Society Institute, appartenant à George Soros.

Entre les associations qui collaborent à cet événement, apparaissent “Democracia Real Ya!” (Le plus important  plate-forme publique pendant les manifestations du mouvement 15-M en Espagne) et “La Confédération Étudianteque dans cette époque (2012) était dirigé par Baki Youssoufou, la même personne qui a créé plus tard le nom de domaine  http://www.nuitdebout.fr/fr.

 

La page qui favorise la rencontre, nous dit ce que ses objectifs sont les suivants:

“Les citoyens européens considèrent de plus en plus la nécessité d’articuler des alternatives de politique claire à un niveau européen et transnational directement, comme la seule chance pour les citoyens européens à ramener des marchés financiers le pouvoir de décider de leur avenir.

(…)

Le Congrès est Organisé par European Alternatives, une organisation transnationale et le mouvement des citoyens travaillant dans toute l’Europe pour mener des campagnes, des conférences, des festivals, et des consultations des citoyens.”

Maintenant, nous commençons à comprendre beaucoup de choses. Par exemple, l’une des organisations non gouvernementales les plus impliqués dans la “Nuit Debout” est le Mouvement Français pour non Revenu Base (MFRB).

Dans le section «Le mouvement», nous pouvons accéder à une brève description de cette ONG:

“Les propositions de revenus de base sont multiples, autant par leur montant que par leur mode de financement. Le MFRB souhaite réunir ces diverses approches sous ce dénominateur commun : l’idée que le revenu de base doit être un droit universel, individuel et inconditionnel. Nous nous inscrivons dans un mouvement international impulsé par le Basic Income Earth Network (BIEN) depuis 1986 et sommes affiliés à l’Alliance Européenne pour le Revenu de Base (UBIE) créée en 2014. Le Mouvement Français pour le Revenu de Base promeut le revenu de base, en regroupant tous les acteurs(trices) et sympathisant(e)s de cette idée, sans être affilié à aucun parti politique.”

Le Basic Income Earth Network, le mouvement international qui fait partie MFRB,  est une des associations qui travaillent avec Soros dans la campagne de European Alternatives dont nous avons parlé ci-dessus.

Il semble que le nœud de la question provient d’organisations non gouvernementales, qui sont formés dans des «campagnes transnationales», parrainé par la Commission européenne et l’Open Society Institute de George Soros.

L’un des principaux directeurs de European Alternatives est Ulrike Guerot, qui n’y a pas longtemps travaillé à l’Open Society Initiative pour l’Europe (OSIF), l’un des bras les plus puissants de Soros en Europe.

59

Les liens entre Alternatives Européennes et l´Open Society Foundations du  George Soros sont presque innombrables. Suffit de constater que bon nombre de leurs initiatives sont soutenues financièrement par cette philanthrope globalist:

 

Dans la description de la vidéo suivante, on peut lire:

“Documentaire, voyageant à travers la Roumanie, la Bulgarie et la Grèce visite et reliant militants des organisations.

Dans le cadre de: “Transeuropa Caravanes: relier les voix alternatives locales”

Un projet coordonné par Alternatives européenne (euroalter.com), financé par l’Europe pour les citoyens Programme de l’Union européenne et l’Open Society Foundation Europe.

Pour en savoir plus sur le Manifeste des citoyens sur citizenspact.eu

Mais …Qui est derrière cette faux “révolution” ? Quel est son objectif? Quand cette historie de le “indignés” commence comme un mouvement mondial? Dans les chapitres suivants, nous allons révéler les secrets.

Andrei Kononov, un militant du “Colectivo Utopia”

 

 

 

Anuncios

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s